RESTONS EN CONTACT

RECEVEZ LA NEWSLETTER

SUIVEZ NOUS

CONTACTEZ NOUS

+33 (0) 6 29 97  65 71

toutunciel2@gmail.com

© 2019 by ALSO NATIVE & ELSA GRANAT. Tout droits réservés.

DOCUMENTAIRE KING LEAR
Franck Guillemain

« Le théâtre reste une expression du sensible. Pourquoi ces gens font ça? Moi qui vient du cinéma, je n’ai pas de réponse à ça, mais quelque chose me touche là dedans. Dans cette organisation humaine fondée sur un imaginaire affiché, la force d’un rêve. Souvent ce ne sont pas des parisiens. Ce sont des enfants de toute la France, qui ont vu ça dans leur province, dans leur campagne, dans leur école et ce sont dit, tiens ça c’est pour moi, c’est ma vérité. On leur a peut-être dit enfant, t ‘es un clown, ou tu fais le pitre ou rien du tout, justement, on leur a rien dit du tout. J’espère filmer ce qui les amène là où ils sont, les répétitions, les discussions, les tentatives de jeu. La foi qui leur échappe. »

Franck Guillemain

Franck Guillemain est chef opérateur, après une incursion dans la fiction, il s’est spécialisé dans l’enquête documentaire, il travaille auprès de chercheurs linguistes du CNRS.

 

Le projet est né de conversations sur les mutations de nos milieux respectifs. Les pratiques sont en train de changer et les praticiens s’adaptent, se forment, s’organisent pour créer.

 

En parlant avec différents porteurs de projets, des acteurs, des chargés de productions, des gens qui se battent pour que la création advienne, l’idée est venue de faire une série de portraits de ces humains qui consacrent leur vie à ce qu’une idée prenne forme dans la matière. Sur quoi repose cet engagement? Quelle est la nécessité ontologique qui pousse à bâtir du théâtre?

 

Il a démarré en Novembre 2018, par des prises de vues lors de la résidence/ laboratoire consacrée à KING LEAR aux Studios Virecourt. Avec Clarisse Charrier,  cadreuse et documentariste, ils ont filmé des gens qui partent s’enfermer dans le Poitou pour inventer un spectacle d’aujourd’hui à partir d’un auteur ancien. 

 

Ils ont improvisé, rempli les trous de l’oeuvre ancienne, apprendre par coeur, s’engueuler sur le sens des mots, mettre des costumes et tout ça sans public encore, pour inventer ensemble une langue, une façon d’être au monde, de se présenter aux autres, quand ils viendront voir. Une façon d’expérimenter. dans un cadre noir resserré, loin du vaste monde.

ELSA GRANAT