RESTONS EN CONTACT

RECEVEZ LA NEWSLETTER

SUIVEZ NOUS

CONTACTEZ NOUS

+33 (0) 6 29 97  65 71

toutunciel2@gmail.com

© 2019 by ALSO NATIVE & ELSA GRANAT. Tout droits réservés.

LES
REQUINS
DU
GROENLAND

Joute verbale pour 2 acteurs et 2 artistes de cirque.

#Analyse des concepts sociologiques de la discrimination.

#Analyse du regard que l'on se porte quand on se croise .

LES REQUINS DU GROENLAND

ARTEPHILE, AVIGNON
21 juillet à 15H

LECTURE

La confrontation de deux points de vues sur la discrimination, une actrice de petite taille et un acteur noir. En partant des rôles qui leur ont été refusé, nous sommes arrivés au regard auquel ils sont confrontés dans la vie de tous les jours. Enfermés par les étiquettes et les apriori, ils se libèrent d’une langue restrictive et profitent du regard bienveillant des spectateurs pour dépasser le regard vécu au quotidien, le coup d’oeil suspicieux.

Le requin sait qu’il fait peur et il se terre, se cache. Je me cache?

 

Non pas vraiment. Je marche dans la rue, vous me regardez, je descends les escaliers du métro vous me regardez, je m’assois sur une chaise, je ne touche pas parterre, vous me regardez, je mets un sweat à capuche, vous me regardez, il fait nuit je suis derrière vous, vous m’espionnez, 

 

A croire que vous aimez ça, me regarder! Je me trompe?

 

Qu’ à cela ne tienne, maintenant vous allez payer pour me regarder.

 

Voilà c’était ma stratégie au départ de ma carrière d’actrice, d’acteur, d’aller affronter sur une scène ce regard, qui me collait à la peau, aux jambes tous les jours de ma vie. Je me disais que sur le cadre noir de la scène, j’allais pouvoir montrer autre chose, en tout cas quelque chose que je décidais, pas seulement mon aspect, qu’on me volait jour après jour. 

On appelle stratégie de compensation, les a-côtés, qui allègent le handicap.

Est ce que ma carrière dans le doublage est une compensation?

Est ce que notre carrière dans le doublage est une compensation?

Est ce que nos carrières dans le doublage sont une compensation? Oui vous tous que je croise en banlieue dans les studios de son et que je ne vois jamais sur scène quand je vais au théâtre.

 

Je m’interroge voilà tout.

Voilà nous sommes, nombreux, gros, noirs, arabes, petits, asiatiques à n’être plus qu’une voix pour vous et plus du tout un corps.

_Sophie Troise

Ce que j'ai vu de sophie au Lycée Michelet

Au détour d’une conversation, Sophie Troise constate que je suis le seul metteur en scène qui ne l’ai pas engagée en fonction de sa taille, mais en fonction de ses qualités d’actrice. En effet Sophie est plus petite que la moyenne et se sent cantonnée à un imaginaire restreint. De là est née l’idée des Requins du Groenland, qui questionne les étiquettes sclérosante pour les femmes, les femmes petites, les hommes noirs, les vieux...

 

J’avais 15 ans. Marseille, Lycée Michelet. Je suis en Seconde. Empêtrée dans une classe littéraire qui ne choisit pas entre le style grunge et le métal affirmé. Les bourrelets bien définis et l’avenir bien flou. La hantise de devoir faire volley dans ce tout petit lycée, dans cette toute petite cour qui donne sur la rue.

 

Et entre midi et deux l’envie de parler avec le garçon aux cheveux mi-longs. Mais non, je vais m’acheter un twix à la machine. Et puis sur le banc sous le préau toujours, une fille qui fume des clopes, toujours en pleine conversation. Tu peux pas aller lui parler parce que c’est sûr qu’elle plait au garçon qui a les cheveux mi-longs, parce que c’est clair qu’elle est en terminale, parce qu’elle a un putain de style. Elle met des chapeaux. Ça tue. Elle se maquille les yeux. Genre mélancolique du maquillage. On dirait que t ‘as  pleuré mais en fait c’est beau. Elle a un charme fou et elle est magnétique. 

Voilà ce que j’ai vu de Sophie Troise. Plus tard je lui ai demandé de travailler le rôle de la mère dans J’ai Plus Pied, une pièce que j’avais écrite. Elle venait de perdre la sienne et elle est rentrée dans ce chantier avec une abnégation de carmélite. Elle se balançait là-dedans sans jamais faire sentir à personne les effondrements, les pieds qui glissent sur les répliques qu’elle n’entendrait plus jamais dans sa vraie vie. On allait jusqu’à la vieillesse de ce personnage. Grâce à elle.

 

Aujourd’hui c’est un beau souvenir. Aujourd’hui nous avons à nouveau quelque chose à à faire grandir ensemble Nous avons quelque chose de nouveau à dire sur cette lumière allumée en en elle. 

 

Révéler ce qu’il y a à voir profondément de cette artiste. Son engagement auprès des « requins » en difficultés que ce soient les femmes détenues, les autistes en centre, les gens qui font peur. 

Elle répare les injures et les injustices, elle fait en sorte que l’art entre dans la vie des gens pour qu’ils surmontent les fêlures avec grâce.

_Elsa Granat

DISTRIBUTION

Travail dirigé par Elsa Granat

Sophie Troise

Alex Fondja

Circassiens

Esther Marlot

Stéphane Laffargue

 

Création lumières Vera Martins

 

Création costumes Marion Moinet

AVEC LE SOUTIEN DE 

La Distillerie_Aubagne

Le Carreau Du Temple_Paris

Théâtre Paris Villette_Paris

REMERCIEMENTS

Christophe Chave

ELSA GRANAT